RETOUR.gif (1070 octets)

Les armements et les techniques de combat: Avions

DICO.gif (1121 octets)

LES TERRAINS D'AVIATION DE LORRAINE : Secteur de Verdun - Argonne (secteur Sud Souilly / Bar le Duc)  voir aussi secteur Nord

Terrains Nancy/Lunéville

Terrains Allemands

Terrains américains (en construction)

Terrains Toulois                                        Retour sur terrains en Lorraine

Extrait d'une vue aérienne allemande montrant le terrain de Souilly au nord du village en septembre 1918.

 Le village est juste au bas de la photo. Le terrain est au bord de la route  D159 allant à Senoncourt. La branche gauche de la fourche est la N 35 (Voie sacrée)

Terrain d'aviation de Souilly

 

 

Le Roi des belges et Poincaré, le 22 septembre 1917, sur le  terrain de Souilly. Décoration du Général De Castelnau, puis de divers militaires. (photos ci-dessus)

Poincaré y reviendra le 27, en compagnie cette fois du roi d'Italie. (à droite) La veille terrain a été bombardé par des avions allemands qui ont incendié un hangar et 17 appareils.

Sources: Poincaré  Au service de la France Tome IX et journal  Illustration des 29  sept. et  8oct. 1917.

 

Le Capitaine de Langoustier sur le terrain d'Osches, le 17 août 1917, "3 jours avant l'attaque"  Coll part.  A gauche "Avion AR (ou ALD) type Corps d'armée moteur Renault "          A droite un Morane Saulnier type L  "Parasol"
   

Salmson 2A2 devant des hangars en bois à Osches

 
Hangar "Bessonneau" détruit après l'attaque du terrain d'Osches le 27 septembre 1917

 

Remerciements au collectionneur anonyme de Souilly et à Mr Radière pour leur aide

 

Terrain d'aviation de Laheycourt fin 1915

Escadrille MF 25  Histoire de l'aéronautique

Vue aérienne du terrain d'Issoncourt

Chemin départemental N177 direction Benoite-Vaux

   
 
Eddie Rickenbacker du 94th Aero Squadron sur son Spad à Rembercourt (55) en octobre 1918 Spad XIII du Lt John Michel 95th A S à Rembercourt fin 1918 devant le hangar principal (First to the Front  infra)
   

Terrain de Behonne

 sur un plateau au Nord-Est de Bar le Duc

(Photo collection P. Dumont Droits réservés)

 

 

 

L'américain Bert Hall, pilote de la 124, sur le terrain de Béhone où l'escadrille Lafayette stationnera du 19 mai au 14 sept. 1916.

(photo Icare)

 

 

TERRAINS  DE L'ARGONNE OU DU SECTEUR DE VERDUN NON SITUéS

Avion de la MF2 équipé d'un appareil photographique en mars 1916 HDA

Avion de la MF25 au départ. Noter l'appareil photo dépassant sous le pilote (HDA)
 

 

Terrain du secteur de  Verdun, fin 1916

   Terrain d'Argonne non identifié HDA
     
Recherchons informations et photos sur les terrains français ou américains  et notamment sur les terrains suivants   Ancemont,  Behonne, Beauzée et Chaumont sur Aire, Belrain, Osches,  Ferme de Bellefontaine, Pretz en Argonne, Rancourt, Revigny, Rumont,  Senard , Vavincourt....)  
    Terrain non identifié.  Vadelaincourt ?
Connaissez vous d'autre terrains d'aviation utilisés en Lorraine pendant la Grande Guerre ? Vos informations et photographies sont les bienvenues à  jmpicquart@wanadoo.fr   

Bibliographie

 
Histoire de l'aéronautique  (images marquées HDA ci-dessus)  (Editions de l'Illustration) 1938
400 H de vol sur l'ennemi en 1914-1918 - Exploits du pilote Charles Chanaron imprimerie Coquant Octobre 1986
L'Escadrille Lafayette. Revue de l'aviation française ICARE SNPL sept 1996
First to the Front (95th Aero Squadron) par Charles Wollley 2002  Schiffer Publishing Ltd

BRABANT  LE ROI, comptait sur son territoire deux terrains d'aviation et un souterrain pouvant abriter un régiment et ses munitions.

Le premier terrain  opérationnel fut celui situé tout près du village, le long du ruisseau au lieu dit « clos Pré », entre la route de REVIGNY et la ligne de chemin de fer REVIGNY-VOUZIERS. A l'époque, il n'existait pas de lignes électriques, mais le terrain, bien que plat dans son ensemble, était en réalité une succession de cassis créés par les méthodes culturales pratiquées à l'époque. Avec la nécessité d'aménager, et avant l'existence de niveleuses et autres bulldozers, c'est à la force des bras et des jambes que les travaux furent entrepris.

Devant l'importance de ces travaux et l'obligation d'aller vite, le génie fit appel à des T.A.K. (Travailleurs Auxiliaires Kabil) qui logeaient dans les granges des cultivateurs. Le dépaysement, le climat, et la dureté du travail n'étaient pas des facteurs d'efficacité et les travailleurs devaient subir la rigueur de l'encadrement. Une butte encore en place, dite butte de tir, fut aménagée le long de la rivière, derrière des maisons de la rue du Vieux Roi dans le terrain communal. En forme de croissant, destinée à recevoir les cibles, elle servait pour l'entraînement au tir à la mitrailleuse équipant les avions. Lorsque les exercices avaient lieu, la circulation sur la route de NETTANCOURT était interrompue par deux plantons, car les balles pouvaient manquer leur but et s'égarer dans la nature.

L'escadrille se composait probablement d'une douzaine d'avions biplans commandée par le capitaine PINSART qui s'est rendu célèbre par un grand nombre d'avions ennemis abattus. Lorsqu'il rentrait d'opération, il avait une façon bien particulière d'annoncer un retour victorieux, un léger battement d'ailes et les troupes au sol ainsi que les habitants savaient que le capitaine avait un avion de plus à son actif. Son avion était le seul équipé d'un petit canon dans l'axe de l'hélice.

Le deuxième terrain, situé à la ferme de BELLE-FONTAINE, couvrait une superficie de 13 ha 25 a 5 ca. Commencé le11 août 1917 sur des parcelles soumises à une occupation temporaire, il se composait de terrains appartenant à Monsieur Charles THOMAS et, en partie, exploités par Monsieur Cyrille DESOUTTER. Il fut terminé courant 1918.

La formation aéronautique comportait 12 hangars de 100 m2 chacun, répartis en deux groupes de six, l'un en face du corps de ferme et l'autre au Nord, à quelques centaines de mètres. Les activités et les prouesses des aviateurs étaient moins connues des habitants du village distant de deux kilomètres. NUNGESSER, jeune pilote à l'époque, s'y serait posé plusieurs fois.

Ce terrain servit encore lors de la dernière guerre : en 1944, un avion anglais de type LANCASTER, touché par l'artillerie allemande, s'écrasa avec ses occupants. Il n'y eut qu'un seul survivant, six hommes furent tués, dont trois reposent encore au cimetière communal.

Beaucoup moins tragique : voici quelques années, un petit avion de tourisme s'y posa par nécessité absolue. Le pilote ignorait-il, que 80 ans plus tôt. des avions de même taille se posaient quotidiennement ? L'avion a dû repartir démonté, sur un camion, par la route, le terrain n'étant plus aménagé et la panne sans doute sérieuse.   Denis Horiot

Extrait d'un texte aimablement communiqué par monsieur Denis Horiot de Brabant le Roi.

NDLR: Nous n'avons pas pu vérifier à  quelle époque le Capitaine Pinsart était à Brabant; toutes autres informations bienvenues.

RETOUR.gif (1070 octets)