RETOUR.gif (1070 octets)

Souvenirs d'un Poilu: Le projecteur de Clémery.

DICO.gif (1121 octets)

 

     
 

Le projecteur …

"Minuit chrétien ... - Ferme ça , Vincent, tu nous fais mal !  C'est vrai qu'il nous fait mal ce Vincent à rappeler qu'il est Noël à des enfouis vivants en terre lorraine, sous les sépulcres du cimetière civil de Clémery!.. Enfouis et aussi enfumés, car le poil de la sape joue à l'obus lacrymogène. Bien certainement le Divin Enfant  aurait été asphyxié tout de suite, si les Écritures avaient commandé qu'il naquit dans une étable munie d'un poêle pareil au nôtre.

Dans une façon de dôme , extérieurement camouflée en tumulus, un zouave au poli cirage tient, en brun, l'emploi du Père Noël. En fait de jouet, il a laissé tomber la raclure de ses godasses dans la gamelle de pinard que la section a mise à chauffer sur le poêle. Ce qui a déclenché une salve d'invectives...

- Chut ! coupe le guetteur... il y a du monde. Un bleu-horizon, une visite. - sans doute une invitation à aller réveillonner dans les tranchées d'en face, grogne le doyen de la sape.  Le visiteur s'est annoncé : un capitaine de l'état major établi à Bouxières aux Dames. Le commandement s'inquiète de la carence de la Seille en tant qu'élément défensif. la rivière est gelée, son franchissement est devenu facile, non seulement aux hommes, mais au matériel ...

- Lieutenant avez  vous pris  les précautions indispensables? Vos observatoires ont ils été doublés ? Et surtout, surtout , avez vous avancé votre réseau de barbelés jusqu'au bord même du cous d'eau gelé ?....

C'est mon rouspéteur de doyen qui répond à ma place à la dernière question.                         - Si on nous passe un marteau-pilon du Creusot, peut-être réussirons nous à enfoncer des piquets dans la terre  devenue aussi dure que du béton !

 
   

A droite, groupe de soldats entourant un projecteur installé sur un chariot, vraisemblablement à Rosières en Haye, en 1915.

 
 

Le capitaine est sorti avec moi . Un sergent et six hommes nous accompagnent. La pleine lune éclaire le panorama de l'autre rive de la Seille.  - ça fume, chez eux, observe l’officier. Je lui montre les petites fumées qui montent tout droit de nos sapes: - ça fume aussi chez nous . Derrière moi, mon sergent prononce :  -  Trêve des confiseurs .....

 Le capitaine est tombé en arrêt devant  un projecteur de 40, près duquel observe une sentinelle double. Il interroge : - D'où provient l'électricité  nécessaire éventuellement à l'éclairage du projecteur?  - D'un moteur installé dans une  cave voûtée  du château de Clémery. Le capitaine a tenu à vérifier la liaison . Sur mes indications il a décroché  le téléphone installé près du projecteur , pour appeler le sapeur de garde au château. La réponse s'est fait attendre . Enfin , le veilleur , le dormeur , plutôt se manifeste. Le trois ficelles interroge, familier  : - Combien de temps te faudrait-il pour passer la lumière au projecteur ?   La réponse je l'entends du deuxième écouteur : - Qu'est-ce qu'il te prend ? ! ! 

Le visiteur a renoncé à la lumière : il a estimé superflu et même dangereux  de faire jouer à notre projecteur, en cette nuit de Noël, le rôle de l'étoile des Rois Mages. Mais le capitaine a insisté pour chronométrer  la mise en batterie de l'appareil. Mes six hommes se sont attelés à la manœuvre . Celle-ci ne s'annonce pas commode: la neige durcie a scellé le projecteur dans sa position de repos. J'ai appelé du renfort. Tous mes zouaves concourent au dépannage, au commandement de : "Oh  ! hisse ! " - Il a le cul gelé , observe le sergent. Mes Rigoulots sont un peu là pour l'arraché ! Ils l'ont décollé le projecteur ! ... Ils l'ont décollé, mais ils ne l'on pas retenu.   Le voilà qui a foutu le camps et qui rebondit de cabriolé en cabriole, en direction de la Seille.  Fort heureusement, les barbelés se sont trouvés là pour couper la retraite au fugitif. Pour le lendemain de cette équipée du  projecteur, j'avais prévu une citation à rebours. Le capitaine s'est montré plein d'indulgence ...La trêve des confiseurs ! 

 
     
  Ce récit est extrait de "1914/1936. Ce qu'il en reste" Texte de Louis Combaluzier   Les oeuvres Françaises.  
  Voir aussi Leyr ..... C'est Pompéï !!  

 RETOUR.gif (1070 octets)