RETOUR.gif (1070 octets)

Les  hommes :

Hommes politiques, artistes ..     Dunoyer de Segonzac  Bils

  Les Hommes de lettres et la guerre en Lorraine  

Le second mort de la Grande Guerre à Pont à Mousson

             Le premier mort de la Grande Guerre, le caporal Peugeot tué d'un coup de revolver par un lieutenant allemand le 2 août 1914, avant la déclaration de guerre, à Joncherey au sud de Belfort.   

            Le second mort est moins connu, il s'agit d'un cavalier du 12ème chasseur, Fortuné Émile  Pouget, âgé de 21 ans. 

Il montait la garde sans méfiance le 4 août 1914 à proximité de la borne frontière entre le territoire des communes de Bouxières sous Froidmont et Mardigny près du signal de Vittonville au nord de la côte de Froidmont.  Il a été tué à 11H50, d'une balle qui entrait à l'arrière de son crane et  ressortait par son front.

Le cavalier Pouget a été enterré le 5 août 1914 à 14H, au cimetière civil de Pont-à-Mousson.  Selon Charles Bernardin, l'auteur de Pont à Mousson sous les Obus, " il y a foule, le cercueil disparaît sous les fleurs ; la ville est officiellement représentée . Le capitaine Quesnel et M. Thirion, ordonnateur de l'hôpital, prononcent de vibrantes allocutions au  cimetière, où on lit l'ordre du jour du colonel commandant le régiment, qui demande à ses chasseurs de venger l'assassinat de leur camarade." Selon M. Bernardin"Cette vengeance ne se serait pas fait attendre, car on apprend qu'une patrouille du 12ème Chasseur vient de tuer un dragon allemand et va rentrer en ville avec quatre prisonniers chevaux-légers. Le lieutenant Vicart, qui commandait cette patrouille, a été  cité à l'ordre du jour pour ce fait d'armes.)    ......"

Le même auteur rapporte que la veille, le mardi 4 août 1914, à 13H10, la mairie de Pont à Mousson avait reçu un appel téléphonique demandant de prévenir  la Croix rouge quelle devait envoyer d'urgence une voiture à Bouxières sous Froidmont afin de transporter un soldat blessé d'un coup de feu. Faut-il en déduire que Fortuné Pouget n'est pas mort immédiatement ?

 

 

 

 

 

 Croix sur  le lieu où le cavalier Pouget fut abattu.

  Tombe de Fortuné Émile Pouget à Pont-à-Mousson  

Le cavalier Pouget repose toujours au carré du Souvenir Français au  cimetière de Pont à Mousson aux côtés du sous-lieutenant de réserve Paul Honoré, un parisien de 23 ans, du 26ème BCP, tué le 6 août 1914 sur le versant sud du Xon, près de Lesménil. Une brochure d'information distribuée dans le cimetière qualifie Paul Honoré de  premier mort de la Grande Guerre. Sur le monument aux morts de Bouxières sous Froidmont, une plaque de marbre rappelle le décès du cavalier Pouget dans les mêmes termes, mais en ajoutant que c'est le premier mort après la déclaration de la guerre.

 Enfin pour se rendre au lieu où le cavalier fut abattu, en  sortant de Bouxières côté nord on trouve rapidement un carrefour et une route  à gauche accédant à des carrières sur la côte (voie en bitume, puis plus difficile ensuite). S'arrêter à la lisière des bois et prendre à pied un chemin à droite longeant le bois. Ce chemin après environ 100 mètres pénètre dans la forêt et  la croix marquant l'événement (et non sa tombe) est à gauche dans un virage.

 

       
                

La mort du caporal  Peugeot a été illustrée notamment par ce dessin paru dans le journal Le Pèlerin le 8 août 1922, nous recherchons l'équivalent pour Pouget.

 
Plaque sur le monument aux morts de Bouxières      

 

 

Bibliographie Auteur Année
Le mensonge du 3 août 1914   Ed PAYOT  
Pont à Mousson sous les obus Ch. Bernardin Imp. Lorraine - Rigot et Cie Nancy 1919

RETOUR.gif (1070 octets)