RETOUR.gif (1070 octets)

*Le premier noël de guerre à Pont à Mousson*

DICO.gif (1121 octets)   

 

       
   La vie Lorraine, en janvier 1915, publie un article sur le premier noël de guerre des enfants de Pont à Mousson: "On sait que les enfants des États Unis se sont cotisés pour envoyer à leurs petits frères et sœurs de France, d'Angleterre et de Belgique, vêtements et jouets. Il y a quelque temps un navire, spécialement affrété à cet effet, apportait à Marseille la jolie cargaison. la répartition entre les départements fut faite à Marseille même , de concert avec les autorités américaines et françaises; un certain nombre de caisses furent destinées au département de la Meurthe et Moselle et dirigées vers Nancy. au lieu de répartir ces dons entre les diverses communes éprouvées du département, monsieur le préfet qu'il se conformerait plus à l'intention des jeunes donateurs en les réservant entièrement aux braves petits enfants de Pont-à-Mousson -  de Pont à Mousson qui, bien que ville ouverte , a souffert déjà de soixante bombardements  et qui a subi en outre plusieurs semaines d'occupation allemande. la population y est restée nombreuse et vaillante; elle compte encore environ 1300 enfants. A ces dons des États-Unis avaient été joints 200 poupées et 150 jouets de garçon provenant de l'arbre de noël organisé par Mme L. Mirman, et de nombreuses caisses de mandarines adressée à M Mirman pour les petits Lorrains par de généreux donateurs français d'Algérie. M le préfet s'est rendu hier à Pont à Mousson pour présider la distribution; deux cérémonies avaient été organisées par le conseil des notables, l'une sur la rive droite, dans la belle salle d'honneur de la mairie, l'autre sur la rive gauche, dans la salle des écoles. Dans ces deux salles, les enfants les plus grands avaient été réunis. Assistaient à cette petite fête MM. les colonels commandants d'arme de l'une et l'autre rive, M. le conseiller général Bonette, M; le maire Bertrand avec tout le conseil des notables, MM. les curés de Pont-à-Mousson et diverses notabilités. M. le préfet avait à sa droite M. Pecker, citoyen américain en résidence dans la ville. M. Linge doyen du conseil, prononça une allocution chaleureuse dans laquelle il exprima la confiance des habitants de Pont-à-Mousson dans les destinées de la Patrie, confiance que n'ont pu ébranler à aucun moment les dures épreuves subie par la coquette cité lorraine si proche de la frontière provisoire qui, pour peu de temps encore, sépare la France des pays annexés.  M. le préfet, rappelant les événements survenus depuis le commencement de la campagne et lus longues souffrances si vaillamment supportées par la population, remercia le conseil des notables de toute l'activité dépensée  par lui au cours de cette crise; il expliqua aux enfants les souffrances morales et es humiliations éprouvées pendant quarante ans par leurs aînés, il les félicita de l'ère meilleure d'indépendance et de fierté nationale qui bientôt allait s'ouvrir et dans laquelle ils seraient appelés, eux, à vivre et à grandir; et, serrant la main de M. Pecker, il lui exprima la gratitude profonde des petits lorrains envers leurs frères et sœurs des  États-Unis. Au nom de la population toute entière M. L. Mirman salua avec émotion MM. les commandants d'armes , leur dit l'admiration et l'affectueux respect que nous éprouvons tous à l'égard de nos vaillants officiers et soldats, aussi bons que braves, qui dans les tranchées, supportent et dominent l'assaut répété d'un puissant ennemi, et qui, préparent une victoire aujourd'hui certaine.       
 

Accompagné de M. le Maire , de MM. les commandants d'armes et de plusieurs notabilités, M. le Préfet visita ensuite tous les soldats malades ou blessés en traitement à l'hôpital  civil de la rive droite et à l'ambulance de la Croix-Rouge rive gauche. Ajoutons que pendant ces deux distributions, les allemands envoyèrent sur cette ville ouverte, sans aucun espoir d'obtenir un résultat d'ordre militaire et conformément à leur méthode ordinaire, un nombre copieux d'obus : et ce fut le 61 ° bombardement de Pont-à-Mousson. 

 La vie Lorraine  janvier 1915

NB  La vie Lorraine est une parution mensuelle de l'Est Républicain (format équivalant à un livre de poche)

 
  Carte du 366 RI pour le noël 1915 des enfants de Levoncourt (Meuse)    
  Les bombardements continuant à Pont-à-mousson et la menace des gaz de combat se précisant, on envisage d'éloigner les enfants de Pont à Mousson. L'affiche ci-contre invite les parents à inscrire leurs enfants à une colonie de vacances en Touraine.

 
  En avril 1915, la presse annonce que 120 enfants sont partis pour l'Algérie et la Tunisie. Trois véhicules ont emmenés à la gare de Dieulouard avec plusieurs institutrices. Un précédent convoi avait été organisé en mars et on en prévoit un troisième.

1914-15 Pages de Guerre écrites au jour le jour

   
       

Si vous  connaissez  d'autres images ou anecdotes sur Noël ou Saint Nicolas en Lorraine pendant la Grande Guerre,  merci de les signaler à jmpicquart@wanadoo.fr

RETOUR.gif (1070 octets)