RETOUR.gif (1070 octets)

Avions abattus dans le Saillant de St Mihiel  (2)

DICO.gif (1121 octets)

Voir aussi l'avion abattu au  Bois de Puvenelle,  les autres aviateurs en Lorraine et l'avion du Lieutenant De Vallières abattu près de Prény. Le crash de l'auteur des Révoltés de la Bounty à Viéville en Haye.

Avions abattus dans le secteur (3) , 4 , 5 (Toulois) et 6

AvDabattNPAM210417.jpg (7704 octets)

Croix d'un avion  LVG - C IV - N° 1500 abattu au nord de   Pont-à-Mousson le 21/04/ 1917

Morceau d'un avion LVG C (N° 435) capturé  à Atton le 14 janvier 1917. il fut exposé à Nancy.

Le premier avion abattu au cours de la grande Guerre l'a été entre Norroy les Pont à Mousson et Vandières le 14 août 1914 par un tir de l'infanterie.   Sur l'Excelsior du 18 avril 1915, on trouve la relation suivante :" ...Le 14 août , à 7 heures du martin ,un biplan allemand apparaissait entre Norroy et Vandières; les postes français ouvraient aussitôt le feu contre lui. une des balles traversait le réservoir et, l'essence s'étant vidée,  les aviateurs étaient obligés d'atterrir. Ils étaient faits  aussitôt prisonniers et conduits à Pont à Mousson, d'où ils étaient dirigés sur le Quartier général. ........"  Dans Pont-à-Mousson sous les bombes, Charles Bernardin signale le vendredi 14 août : "A 8 heures, on ramène dans une auto les débris d'un Taube abattu près de Vandières, ainsi que deux officiers allemands qui le montaient. L'avion a dû avoir son réservoir à essence  percé par une balle; il a atterri en vol plané. Les prisonniers sont interrogés par le Commandant Servagnat, mais ils refusent de répondre. On les remet à la gendarmerie qui les emmène au quartier général. "   

 Le lendemain un Albatros B est  à nouveau abattu au Nord de Pagny sur Moselle. L'équipage est fait prisonnier. Il s'agit probablement des lieutenants Ehrhardt et von Liessin. LExcelsior rapporte :... le 15 août, un autre appareil allemand était descendu à Pagny sur Moselle ainsi qu'il résulte de la lettre suivante, adressée par l'un  des tireurs à sa femme, aussitôt après son exploit. "je t'envoie un souvenir précieux: c'est une carte prise dans un biplan Albatros que nous avons abattu ce matin, à cinq heures,  à Pagny sur Moselle. Nous avons fait les deux Allemands prisonniers carte que je t'envoie était dans leur poche. Nous avons descendu le biplan à 500 mètres de hauteur; nous étions dix de mon escouade pour l'abattre, aussi quelle joie et quel bonheur !... je te joins un bout de toile de ce fameux aéroplane allemand, qui fut victime de nos premières balles françaises. Surtout ne les perds pas , ainsi que la carte, car j'y tiens pour toujours, ce n'est pourtant pas grand'chose...."       

Le lieutenant Charles Péguy a -t'il vu l'un ces  avions ? C'est probable car Victor Burdon dans son livre "Avec Charles  Péguy de la lorraine à la Marne" raconte que le 21 août le lieutenant Péguy effectue une patrouille jusqu'à la cote 327 au nord de Vandières. "Dans une vaste prairie, à quelques cents mètres, et dans nos lignes, gît un aéro allemand qu'il est impossible d'approcher sans essuyer le feu des boches dissimulés à peu de distance derrière la rivière. cet aéro descendu par les chasseurs à pied, était monté par un commandant et un lieutenant qui tentèrent en vain de s'enfuir: l'un fut tué et l'autre blessé, évacué sur l'hôpital de Pont-à-Mousson."

 

Avion français abattu dans les lignes du 11ème R.I.  bavarois à  Saint-Mihiel en 1916

AvGuynemer.jpg (16715 octets)

Photo et informations  parues dans "La guerre aérienne illustrée"   le 18/10/1917.

.Le 26 mars 1917, Georges Guynemer est cité à l'ordre de l'armée dans les termes suivants: "Les 8 févriers, 16 et 17 mars, a abattu cinq avions ennemis dans nos lignes."

Le  8 février 1917, ce combat s'est déroulé à Bouconville et l'un des trois avions allemands abattu  le 16 mars 1917, s'est écrasé à Regniéville.

Il s'agissait alors de sa  34 ème victoire homologuée.

Guynemer est nommé capitaine entre-temps le 18 février 1917.

Parti du camp d'aviation de Saint-Pol-sur-Mer, près de Dunkerque, il est porté disparu le 11 septembre 1917, il en était alors à sa 53 ème victoire.   Voir page spéciale Guynemer

Le sous lieutenant Havet a été abattu le 16 mars 1917, jour du triplé de Guynemer. Dans son livre sur Thiaucourt, l'abbé Marange raconte  que les obsèques faits au sous lieutenant Raymond Havet ont été suivis par la population de Thiaucourt et les autorités allemandes, musique en tête entre l'église communale et le cimetière militaire allemand au dessus du village.

Raymond Havet  a combattu en Lorraine au sein du 20ème corps. Blessé il il est déclaré inapte à l'infanterie et demande à être versé dans l'aviation. Il est affecté en Orient. De retour en France il aurait abattu son troisième avion ennemi près de Saint-Mihiel en janvier 17, avant de succomber lui-même lors d'un vol de reconnaissance photographique sur Metz.

HavetcroixThiaucourt.jpg (10870 octets)

Tombe de l'aviateur au cimetière allemand (Photo Joël Huret "Le Saillant de Saint-Mihiel")

Selon The French Air Service War Chronology" Raymond Havet pilote d'un Nieuport XVII N 2277 aurait pu être abattu par Vzfw Schlegel et le Lieutenant Metzger du FIAbt 39

 

DRAPUS.gif (973 octets)Sur le web, vous trouverez en anglais le récit de victoires aériennes de la 94 th Aero américaine basée à Toul :

Le 17 mars 1918, le capitaine James Meisser s'oppose à trois avions allemands au dessus du bois de la Rappe (Domèvre), il en abat un et réussit a poser son avion endommagé dans les lignes américaines.

Le 14 avril 1918, les lieutenant Cambell et winslow abattent chacun un avion de la Jasta 64w au dessus de leur terrain de Toul.

Le 29 avril 1918, le capitaine Edward Vermon Rickenbacker attaque près de Montsec un avion Albatros, le suit en territoire allemand et l'abat dans le bois de Mortmare (voir page J. N. Hall).

Le Lieutenant Douglas Cambell  attaque un avion biplan allemand le 19 mai 1918 près de Flirey et l'abat.

Rickbacker&Cambell.jpg (18095 octets)

Rickenbacker,  Cambell et un autre pilote de la 94ème

Mais le même jour, le Major Gervais Lufbery , as américain, après un combat au nord de Nancy est éjecté de son avion au dessus de Maron, au bord de la Moselle et se tue. Un monument érigé dans le village rappelle le lieu de son décès. http://www.eyewitnesstohistory.com/luf.htm

 

DRAPUS.gif (973 octets)

 

Avion sur la piste  aérienne  de Toul

Carte postale américaine

Sur ce site voir le crash à Viéville en Haye, de James N. Hall, l'auteur des Révoltés de la Bounty .

   

Voir aussi, sur ce site l'incident du Sénateur Reymond,   le 21 octobre 1914 au Bois de Mortmare, et l'histoire d'autres pilotes en Lorraine.

Si vous  connaissez  d'autres informations sur des avions abattus dans ce secteur, merci de les signaler à jmpicquart@wanadoo.fr

RETOUR.gif (1070 octets)